Chansons pour Piaf

Description

Les mémoires de Norbert Glanzberg sont le reflet d’une époque qui, nous l’espérons, ne se reproduira jamais. Du schtetle, dans la Pologne profonde, jusqu’aux lumières éblouissantes de la rampe, le destin de Norbert Glanzberg est celui d’un enfant prodige dont le talent a été la source de jalousies et de calomnies raciales du régime nazi en Allemagne. La ville de Wurtzbourg a, bien tardivement, redécouvert son enfant. En 1931, Norbert Glanzberg, âgé tout juste de 21 ans, passe pour la découverte de la saison. Les Comedian Harmonists chantent son Hasch mich dans le dernier film de Billy Wilder tourné dans les studios de la Ufa : Der falsche Ehemann. Il donne La princesse Czardas avec Hans Albers, il joue à quatre mains avec Béla Bartok et met un film en musique pour Erich Kästner, un film qui a été perdu. Lorsque la situation politique s’aggrave en 1933, ce musicien juif s’exile à Paris, comme tant d’autres. Un dangereux jeu de cache-cache qui le mène à Nice, à Marseille et à Antibes, commence pour lui lors de l’invasion de la France par les Allemands. Il fuit devant la menace réelle et partout présente de la déportation. S’il arrive à survivre, c’est grâce à ses amis musiciens et tout d’abord à Edith Piaf, avec laquelle il a une courte mais intense liaison suivie de liens d’amitié qui dureront jusqu’à la mort de la chanteuse. C’est Edith Piaf qui l’installe dans un château de la Côte d’Azur, ce qui l’aidera à survivre en échappant aux Nazis. Il ne cesse de composer des chansons pour Lys Gauty, Lucienne Delyle, Edith Piaf, Renée Lebas, Yves Montand, Tino Rossi, ainsi que des musiques de films tels que  » Michel Strogoff « ,  » La mariée est trop belle « ,  » Mon oncle… « 

  • DIMENSIONS : 16,0 cm × 24,0 cm × 1,9 cm
  • NB. DE PAGES : 254 pages
  • EDITEUR : MJR
  • ANCIEN PRIX : 21,00 €
  • EAN : 9782883210424
Chansons pour Piaf
Ajouter aux coups de coeur
Ajouter aux coups de coeur