Foire aux questions

Cliquez pour découvrir

  • Tab Title 2 ....lkn
  • Tab Title 2
  • Tab Title 3
  • Tab Title 3
  • Tab Title 3

L’industrie du livre est une filière qui gaspille beaucoup.

20% à 25% des livres imprimés finissent au pilon, soit près de 150 millions de livres.

La plupart n’ont jamais été lus.

Même si ces livres peuvent être recyclés en pâte à papier et s’il n’est pas envisageable pour la survie de la filière de remettre tous ces ouvrages sur le marché, pourquoi ne pas essayer d’en détruire un peu moins et d'en utiliser  pour la promotion du livre dans des circuits où ils peuvent espérer rencontrer de nouveaux lecteurs. C’est un objectif tout à fait réalisable, en partenariat avec les éditeurs.

Nos promotions « Offres découvertes » dans nos différents réseaux de diffusion offrent de belles opportunités pour répondre à cet objectif.

Depuis près de 10 ans, la chute des ventes est particulièrement marquée dans les Hypers et les supermarchés.

Pourtant si le livre disparaissait des Grandes Surfaces Alimentaires, les éditeurs comme les magasins auraient beaucoup à perdre. Les GSA permettent non seulement de toucher des gens qui achètent peu de livres, les achats spontanés s’élèvent à près de 50% en Hyper, mais de plus elles permettent d’amener le livre auprès d’un plus grand nombre de lecteurs potentiels grâce à leur meilleure couverture du territoire.

Bien sûr les éditeurs cherchent des moyens pour contrer la baisse chronique du rayon permanent, mais il est important de préserver aussi tout ce qui peut s’apparenter aux promotions et donc apporter une meilleure visibilité en magasin. A aucun moment, ces animations ne doivent concurrencer le rayon permanent.

Tous les livres mis en avant par SDP Le livre club ne sont plus dans les rayons ou n’y ont jamais été et la quasi-totalité des livres achetés le sont lors d’achats d’impulsion.

Avec près de 40 ans de collaboration avec l’ensemble des GSA, Hypermarchés, supermarchés, supérettes, et aujourd’hui dans le hard discount alimentaire, SDP Le livre club est devenu le véritable partenaire de ces magasins.

En collaborant encore plus étroitement avec les éditeurs, nous leur permettons d’utiliser une partie de leurs invendus pour accompagner la dynamique du livre dans ces réseaux.

La disparition du livres dans ces magasins aurait été inéluctable sans l’approche commerciale développée par SDP Le livre club depuis des dizaines d’années.

Grâce à un service clé en main et à la gestion réalisée par notre équipe commerciale, nous avons pu maintenir l’attractivité de ce rayon tant pour les responsables des magasins que pour leurs clients.

Le pourcentage des achats spontanés dans ces réseaux est tout aussi important qu’en GSA et la promotion d’ouvrages auprès de cette clientèle ne peut qu’être bénéfique pour l’ensemble de la filière.

La disparition du livre dans les assortiments de ces magasins, souvent implantés en milieu rural, ne ferait que baisser l'étendue l’offre, nécessaire aux achats d’impulsion.

De nombreux auteurs ne sont pas présents dans les Hypers et les Supermarchés et encore moins chez les discounteurs .

Aujourd’hui, lorsque les ventes dans les circuits traditionnels se sont épuisées, ces auteurs peuvent avoir la possibilité d’être diffusés dans le cadre d’opérations promotionnelles et aller ainsi à la rencontre de nouveaux lecteurs qui ne les auraient peut-être jamais découverts.

Gestionnaire du rayon livre dans plus de 70 % des stations-service sur le réseau autoroutier depuis plus de 10 ans, SDP-Le livre club a réussi grâce à ses tables « Offres découvertes » à maintenir une progression permanente du chiffre d’affaire de ce rayon année après année.

Avec une politique de prix très agressive et des assortiments renouvelés mensuellement, nous avons pu créer un réflexe de curiosité chez les automobilistes qui s’arrêtent pour un moment de détente. En effet beaucoup en profitent pour découvrir des livres et de nouveaux auteurs tout en faisant de très bonnes affaires.

Toutes nos études ont montré que sur le réseau autoroutier, nos tables « Offres découvertes » généraient pratiquement 100 % d’achats spontanés.